Entretien avec S. E. Richard Ngoy Kitangala Gouverneur de la Province du Tanganyika, République Démocratique du Congo


6/12/2018Franck Olivier Kra



Le Tanganyka est une riche province de la République Démocratique du Congo, créée en 2015. Son Gouverneur, Richard Ngoy Kitangala, nous parle de ses opportunités pour les visiteurs et investisseurs dans des secteurs comme les énergies renouvelables, les mines, le pâturage, l´agriculture, la pêche ou les hydrocarbures et, notamment, dans le secteur du tourisme grâce à la faune, la flore et la longue histoire de cette région.

 

Monsieur le Gouverneur Kitangala, merci de votre visite, quels sont les atouts de la province du Tanganyika, pourquoi la visiter et la connaître?

La province du Tanganyika est l’une des plus grandes de la RDC, la troisième province avec une superficie de 134,914 km2 et avec un énorme potentiel. Dans le secteur minier, notre terre regorge de presque tous les minéraux: cobalt, cuivre, lithium, or, pétrole … dans la région du lac Tanganyika. Du point de vue de l’agriculture, de la pêche et de l’élevage, nous avons une terre fertile parmi les meilleures du monde. L’herbe y pousse en abondance, ce qui favorise l’élevage de beaucoup d’animaux, nous avons aussi la pêche ; nous sommes la première province du point de vue d’extension en eau douce et aussi en profondeur: le lac Tanganyika est l’un des lacs les plus profonds du monde (le deuxième après le lac Baïkal, en Russie), et contient plus de 1,000 espèces de poissons. Tout ce potentiel de pêche n’a pas encore été exploité. En dehors de cela, le tourisme est aussi un pôle d’attraction de notre région: le Tanganyika contient des îlots et, lorsque vous y allez, le risque d’oublier l’Espagne et d’y rester est réel. Nous avons la grande chaîne Emitoumba qui serpente à travers de nombreuses provinces. Le pied commence dans la province du Tanganyika, surplombé d’une végétation de beauté indescriptible. Avec cette chaîne d’Emitoumba, nous avons le parc Kabobo qui est devenu un parc national et qui abonde également en espèces endémiques. Vous y trouverez des lions, des éléphants, des gorilles, des chimpanzés et tant d’autres espèces inimaginables: est la faune de Loama Kabobo.

Et d’un autre côté, la province du Tanganyika est historique. La traite des esclaves est passée par là, de côté des chutes de Koki, où, aujourd’hui, encore, nous trouvons des sanctuaires où les esclaves se rendaient à Zanzibar avec des chaînes. Nous avons donc beaucoup de sites touristiques à visiter et à découvrir.

On voit qu’il y a beaucoup de possibilités, non seulement dans le secteur du tourisme, mais dans d’autres secteurs tels que l’exploitation minière, l’énergie et même les énergies renouvelables ; cependant le problème pourrait venir de l’image de la République démocratique du Congo qui ne reflète pas toujours la réalité. Avez-vous une stratégie pour améliorer cette image afin de faire connaître le pays et la province du Tanganyika, un endroit peu connu qui mérite d’être de plus en plus dans les médias internationaux?

Pour améliorer l’image de notre pays et de notre province, nous élaborons un plan de développement quinquennal, le PDP, qui nous accompagnera pendant 5 ans jusqu’en 2022. Nous avons déjà commencé ce travail et en Novembre dernier, nous avons validé les objectifs du développement durable pour la province du Tanganyika sous la direction du PNUD, qui nous a suivis du point de vue technique et financier.

Dans le contexte des plans de développement provinciaux, nous avons eu quatre grands secteurs, les lignes directrices et les priorités de la province du Tanganyika.

Comme première priorité ce sont les moyens de communication, reconstruire les routes, remettre en état l’aéroport, les ports, les voies qui nous relient à la capitale y compris la capitale de la province, Kalemie, avec ses 6 régions qui ensemble forment un territoire de la taille de la Grèce. Ces six territoires sont les suivants: Manono, Kabalo, Kangolo, Nyunzu, Kalemie et Moba. Le territoire de Manono fait la taille de la Suisse. Autre priorité est de réactiver les secteurs en croissance, c’est-à-dire l’agriculture, l’élevage et le tourisme, surtout l’écotourisme. La province est pleine de potentiels énormes, comme je vous l’ai dit auparavant. A Kangolo, les « Portes de l’Enfer » se trouvent à la portée de la rivière navigable du Congo. Quand vous allez à Manono, vous trouverez des remblais avec lithium et actuellement, une autorisation d’exploitation a été concédée à une compagnie australienne. Moba est la zone de pâturages. Vous pouvez voyager des milliers et des milliers de kilomètres. On peut parcourir des milliers et des milliers de kilomètres, en pratiquant l’agriculture et l’élevage. Des entreprises belges y sont installées et pratiquent l’élevage à Moba. À Kabalo qui est le bras navigable du fleuve Congo, on y trouve des espaces propices à la culture de la canne à sucre. Quand on remonte jusqu’à Nyunzu, on y trouve des gisements d’or et même du coltan. Ensuite on atteint Kalemie, qui est la capitale de la province du Tanganyika, où vous trouverez le charbon, le coltan. Il y a beaucoup de choses dans notre province et nous pensons donc qu’avec le plan de développement provincial, que nous venons de convenir avec le PNUD, et qui a commencé en février à développer des projets bancables pour chaque secteur, en disant ce que nous voulons dans l’agriculture, la pêche, l’élevage, le tourisme, etc… Une table ronde de donateurs locaux, nationaux et internationaux sera organisée bientôt.

Merci Monsieur le Gouverneur, ça sera un plaisir de découvrir votre province et toutes ses merveilles.<

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.